Le Visage  |  Le Corps  |  Les Seins 

Diminution mammaire

Les principaux impératifs de la diminution mammaire sont, outre la réduction, la viabilité de la plaque aréolo-mamelonnaire, une cicatrice cutanée discrète, une forme harmonieuse et stable du sein, adaptée au morphotype de la patiente.

Une multitude de facteurs interviennent dans le choix de la mammoplastie : le sac cutané avec sa tonicité et son élasticité, le contenu du sac qu’il soit à prédominance graisseuse, glandulaire, mastosique ; la vascularisation de la plaque aréolo-mamelonnaire qui sera distribuée soit de la glande par sa face profonde, soit de la peau par sa périphérie ; les habitudes du chirurgien ; les conditions de la patiente telles que la sensibilité aréolo-mamelonnaire, l’allaitement, la forme.

Nous avons à notre disposition de nombreuses techniques opératoires de conception parfois très différente. Toutes répondent à un paramètre au détriment d’un autre.

La tendance chirurgicale actuelle est de réduire au maximum la cicatrice horizontale, voire verticale, mais c’est au prix de compromettre la forme du sein ou d’allonger la cicatrice verticale sous-aréolaire, voire d’élargir le diamètre de l’aréole et / ou la cicatrice périaréolaire, ou encore d’ascensionner le sillon sous-mammaire, et surtout d’aboutir à une diminution mammaire insuffisante.

Un choix judicieux de la technique devra être entrepris en accord avec une patiente éclairée par l’information.

Le volume, la cicatrice

On pourrait résumer ainsi : plus le volume est important, plus la surface de peau à corriger est grande, plus la cicatrisation sera longue avant d’obtenir un joli sein stable dans le temps.

La quantité à diminuer dépend également de la structure du sein (car il peut être soit à prédominance glandulaire, soit à prédominance graisseuse).

Mais comme vous, je préfère moins de cicatrice possible, la plus jolie et la plus grande stabilité dans le temps. Il nous faut donc trouver ensemble un juste milieu.

Très souvent une lipoaspiration y est associée afin de diminuer la sanction cicatricielle en jouant sur la rétraction de l’élasticité cutanée.

En conclusion : dans le cadre d'une demande de diminution mammaire, et dés la 1ère consultation, il va être essentiel d'évaluer le contenu du sein :  c’est à dire, s’il s’agit d’une prédominance glandulaire ou d’une prédominance graisseuse. Car la quantité à réséquer est différente selon le cas si l’on veut tenir compte de la stabilité du résultat dans le temps.

Voir Article publié par Richard Casey

 

*Les résultats chirurgicaux de ces photos ne peuvent être reproductibles à l'identique même approximativement. Ils dépendent de la conformation anatomique initiale propre à chaque personne.

  • Home Ambiance Cannes